Mari Okada, la reine des mélodrames

Si vous avez regardé des animés sortis ses dernières années il y a de forte chances pour que vous ayez déjà croisé un animé sur lequel a travaillé Mari Okada (Toradora !, Black Butler !, Nagi no Asukara, Anohana, Kiznaiver). Mari Okada est l’une des scénaristes japonais les plus prolifiques (si ce n’est pas LA plus prolifique), elle reste toutefois assez peu connue du grand public occidental, je vous propose donc de découvrir cette personnalité avant de vous donner de bonnes raisons de voir son prochain film.

Qui est Mari Okada ?

Comme je l’ai dit il s’agit d’une scénariste japonaise né en 1976, année de naissance de Tatsuyuki Nagai et Masayoshi Tanaka avec qui elle travaillera par la suite. Sa carrière commencera en 1998 et en tant que scénariste elle s’occupera surtout de l’écriture de scripts et du découpage des séries (Serie Composition en anglais).

yande-re2017976020sample20anjou_naruko20ano_hi_mita_hana_no_namae_wo_bokutachi_wa_mada_shiranai20disc_cover20honma_meiko20megane20pajama20tanaka_masayoshi20tsurumi_chiriko
Illustration de Anohana par Masayoshi Tanaka

En 20 ans de carrière c’est pas moins de 55 animés sur lesquels elle travaillera à l’écriture ce qui est énorme, pour vous donner un ordre d’idée bien qu’il n’ait pas fait que scénariste Hayao Miyazaki en 55 ans de carrière à travailler à l’écriture de 40 animés. Quantité ne signifie certes pas toujours qualité mais elle a réussi à produire d’excellents animés dont AnoHana pour lequel elle a obtenu le prix individuel au 16ème Animation Kobe Award, prix qui récompense « les nouveaux talents » dont on attend beaucoup et qui a également récompensé des personnalités comme Hideaki Anno (Neon Genesis Evangelion), Hayao Miyazaki (Princesse Mononoke), Hiroyuki Imaishi (Gurren Lagann) ou encore Mamoru Hosoda (Summers Wars).

Le trio Nagai/Okada/Tanaka

Il n’est pas rare de voir Tatsuyuki Nagai (réalisateur), Masayoshi Tanaka (chara-designer et directeur de l’animation) travailler avec Mari Okada. Ils ont à plusieurs reprises travailler ensemble et les œuvres qu’ils ont réalisées ont connu un grand succès et sont encore populaires aujourd’hui (Toradora !, AnoHana, Jun La Voix du Cœur). Masayoshi Tanaka a d’ailleurs avouer à Mari Okada « J’aime faire bouger les personnages d’après le script que tu écris Okada »

Son vécu au travers de ses œuvres

Dans certaines œuvres de Mari Okada on peut y retrouver une part de vécu notamment dans Anohana et Jun La Voix du Coeur.

Anohana :

yande-re2018188420sample20anjou_naruko20ano_hi_mita_hana_no_namae_wo_bokutachi_wa_mada_shiranai20honma_meiko20tanaka_masayoshi20tsurumi_chiriko
Illustration de Anohana par Masayoshi Tanaka

A l’école Mari Okada c’est fait harceler elle a donc arrêté l’école c’est ce qui l’a inspiré pour écrire AnoHana avec le personnage de Jintan qui n’arrive pas à aller à l’école. Elle s’est également inspiré d’une situation qui lui est arrivée pour écrire la scène ou Jintan hésite à sortir dehors, car il entend des voisines parler. L’animé se passe également dans sa ville natale Chichibu et c’est sa maison qui à servi aux staff des décors pour la maison de Jintan bien qu’elle s’y soit opposé un moment avant de finalement céder.

Le saviez-vous ?

Anohana a été écrit pour un concours de scénario pour un animé original, et c’est après avoir été retenu que Mari Okada a pu pour la première fois choisir le réalisateur et le character-designer avec qui elle voulait travailler.

Jun La Voix du Cœur :

yande-re2040075820sample20kokoro_ga_sakebitagatterunda-20naruse_jun20nitou_natsuki20pantyhose20sakagami_takumi20seifuku20tagme20tasaki_daiki
Affiche du film Jun La Voix du Coeur

Depuis qu’elle est petite elle a du mal à dire ce qu’elle pense, son père trompé sa mère et s’est fait attraper, ses parents ont divorcés et sa mère avait honte d’elle. Non bien que ça y ressemble ce n‘est pas le résumé de Jun La Voix du coeur c’est l’enfance de Mari Okada et c’est ce qui fait certainement de Jun La Voix du Coeur son oeuvre la plus personnelle. En plus de se dérouler à Chichibu on retrouve dans ce film des phrases que lui avait dit sa mère comme « Tu me déteste tant que ça ? » « Je suis fatigué » (attention remise dans leur contexte ses phrases sont plus des reproches qui s’interprète comme « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? » « Tu me fatigue »).

Le saviez-vous ?

Pour écrire le script de Jun La Voix du Coeur elle a rencontré des difficultés notamment avec Tatsuyuki Nagai avec lequel elle s’est disputée et elle avait même recommencé à s’isoler. Toutefois, grâce à l’aide de Masayoshi Tanaka qui l’invitait à aller boire un verre et l’encourager elle a réussi à comprendre ce qu’attendais Tatsuyuki Nagai.

Après avoir vu ce film sa mère l’a appelé pour lui dire « Une fois je t’ai dit quelque chose qui ressemblait à ce que dit cette mère » en parlant de ce que dit la mère de Jun. Mari Okada c’est alors excusé, car elle se sentait en partie coupable de ne pas être allé à l’école et sa mère lui a répondu « Oh non, tu t’es bien débrouillé Mari, c’est moi qui étais désespérante, c’est moi qui devrai m’excuser. Je suis désolé ».

Pourquoi voir son dernier Film (Maquia – When the Promised Flower Blooms) ?

Tout d’abord, il s’agit de son 1er film original pour le cinéma en tant que réalisatrice ce qui marque un tournant dans sa carrière, c’est également un film ou elle a travaillé avec le studio P.A Works avec lequel elle apprécie de travailler et qui est un studio qui produit de la bonne animation. Par ailleurs le trailer montre de très belles choses.

Et si vous êtes dubitatif à propos de ses capacités laissez-moi vous rappeler qu’elle à déjà 20 ans de carrière, qu’elle a déjà travaillé plusieurs fois avec des membres du staff du film et qu’elle a travaillé à plusieurs reprises avec Tatsuyuki Nagai qui occupait le poste de réalisateur et duquel elle a sans doute pu apprendre.

Pour finir si vous n’êtes toujours pas convaincu ou qu’il vous faut une raison de plus pour aller voir le film, dans ce cas sachez que même Makoto Shinkai a avoué sur Twitter qu’il était jaloux de son film.

Traduction par @Anabi_san :

De retour de l’avant-première de « Sayonara no Asa ni Yakusoku no Hana wo Kazarou », c’est un très beau film qui a ravivé en moi des souvenirs oubliés. Okada Mari a su montrer la nouveauté en tant que scénariste. En tant que réalisateur je suis jaloux et impatient de me mesurer à ce travail de qualité. Nous devons nous aussi, être motivés !

J’espère vous avoir fait découvrir un peu plus cette personnalité que j’apprécie particulièrement et vous avoir donné envie de voir son film.

Petite anecdote bonus : Mari Okada à commencé sa carrière de scénariste en écrivant un scénario de film pornographique.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s