Interview – Aimer AFASG’16

Aimer Cette article est la traduction d’une interview d’Aimer qui a été réalisé par le blog JExperience lors de l’Anime Festival Asia Singapore de 2016 (article original), vous pouvez également retrouvé la traduction de l’interview de 2015.

Comment avez-vous choisi le nom d’Aimer et qu’est-ce que ça veut dire ?

C’est un mélange entre un surnom que j’avais et le mot français pour amour – je t’aime. Quand j’ai choisi le nom Aimer, je me suis rendu compte que ce n’est pas exactement comme je t’aime, pas exactement comme l’amour ; on sent un peu de tristesse derrière le nom, et j’ai été attiré par ça, d’où le nom – Aimer.

Vous avez dû arrêter de chanter lorsque vous aviez 15 ans. Pouvez vous décrire ce que vous avez ressenti et ce qui vous a donné l’inspiration et la force de surmonter cette épreuve ?

À l’époque, j’avais perdu ma voix. Le fait que je ne pouvais pas chanter ressemblait à un mur qui apparaissait soudainement devant moi. Cela m’a donné envie de chanter encore plus et m’a fait réaliser à quel point j’aimais la musique.

Je me suis alors dit, si seulement je pouvais chanter encore une seul fois… car il y avait peut-être une possibilité que je ne puisse plus chanter. Cependant, être capable de le surmonter et de chanter à nouveau m’a fait réaliser que ce n’était peut-être pas trop difficile car j’étais capable de le surmonter et de réaliser mon amour et ma passion pour le chant.

Cette année, votre carrière musicale est définie par les nombreuses collaborations avec des artistes de renom. Quels ont été les moments et les défis amusants de ces collaborations ?

Je garde beaucoup de bons souvenirs des collaborations que j’ai faites, car chaque artiste avec qui je collabore à une direction vocale différente. Taka de ONE OK ROCK a une très bonne prononciation anglaise et il m’a donné beaucoup de conseils sur la façon de prononcer les mots anglais dans la chanson. Ce fut une expérience vraiment amusante et intéressante pour moi.

Note : Aimer à travailler avec Taka sur les chansons « insane dream« , « Higher Ground« , « closer« , « Falling alone » et « Stars in the rain »

L’année dernière, vous avez dit que vous vouliez vraiment collaborer avec EGOIST parce que vous aimiez son chant. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette expérience de collaboration ?

Avant la collaboration, je voulais vraiment collaborer avec chelly d’EGOiST parce que j’aime beaucoup sa voix. Je travaille beaucoup avec Hiroyuki Sawano et quand je me suis rendu compte qu’il avait une nouvelle chanson à me faire chanter, j’ai pensé que ce serait génial si nous pouvions la chanter tous les trois ensembles. Mon rêve s’est réalisé ! Durant l’enregistrement, le fait que j’ai pu entendre chelly chanter a été une expérience vraiment intéressante et stimulante pour moi.

Note : Aimer et chelly ont travailler ensemble sur « ninelie »

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre processus créatif lorsque vous collaborez avec d’autres artistes, et comment vous parvenez à combiner des styles musicaux distincts ?

J’ai rencontré Yojiro Noda (chanteur/guitariste/auteur-compositeur du groupe RADWIMPS) grâce à Taka de ONE OK ROCK, qui m’a dit que Yojiro Noda avait une chanson qu’il adorerait que je chante avec lui. La chanson était déjà prête et il voulait que j’en fasse partie. C’était vraiment relaxant et agréable ! J’étais également heureux de pouvoir participer à la session d’enregistrement des instruments, de participer au processus de création et de pouvoir chanter avec les instruments qui jouaient derrière. Quand Yojiro Noda s’est joint à moi pour chanter le dernier refrain de la chanson, j’ai passé un bon moment ; je sentais que c’était une très bonne collaboration !

Note : Aimer a travailler avec Yojiro Noda sur la chansons « Choucho Musubi »

Pour TK (chanteur/guitariste du groupe Ling Tosite Sigure), j’ai toujours été une grand fan de son travail. Quand nous avons fait cette collaboration, la chanson était déjà en quelque sorte préparée, mais peut-être pas aussi complète que celle de RADWIMPS. Nous avons fait les sessions d’enregistrement ensemble, et nous nous sommes assis pour discuter de la façon d’éditer la musique – en y apportant quelques modifications et ajustements – et nous avons commencé à travailler ensemble pour faire la chanson. Si vous écoutez « us« , il y a une partie où nous avons chanté de façon très forte et passionnée. C’est parce que j’aimais sa voix et la façon dont il chante pendant ces moments. Je me suis aussi lancé le défi de chanter plus fort, passionnément et avec plus de puissance.

Note : Aimer à travailler avec tk sur la chanson « us »

https://pbs.twimg.com/media/CmrvUkMUIAAEgjZ.jpg
Pochette pour insane dream/us (Source)

Comme vous pouvez le voir, il est très difficile de donner un modèle pour les collaborations car chaque artiste est différent.

Beaucoup de vos chansons utilisent le thème du ciel de manière récurrentes, comme le jour et la nuit, le soleil, la lune et les étoiles. D’où vous vient cette idée ?

J’adore regarder les étoiles et le soir est mon moment préféré de la journée. La nuit, je passe beaucoup de temps à réfléchir et en réfléchissant, je regarde le ciel. Même ma première chanson, »Rokutosei no Yoru« , est basée sur le thème du ciel – la nuit, les étoiles et la lune.

Beaucoup de gens ont aussi tendance à dire qu’ils pouvaient sentir un peu de solitude et de tristesse dans ma voix et mon chant, ce qui est unique pour moi. Avec cette rétroaction, chaque fois que je créais des chansons, j’incorporais tout et je créais une histoire dans mes chansons, mes albums et mes singles. Dans mes albums, Sleepless Nights et Midnight Sun, il y a un thème céleste fort parce que j’ai commencé avec ce qu’y me plait et que j’aime faire.

Vous avez une série de chansons qui s’appelle AM (2:00AM, 3:00AM, 4:00AM). Avez -vous prévu de continuer cette série ?

A partir de 4:00AM la série c’est en quelques sorte terminé et je n’ai pas de projets précis pour continuer cette série. Cependant s’il y a une demande pour avoir une suite quelques chose pourrait arriver.

En ce qui concerne votre dernier single, Akane sasu/everlasting snow, y a-t-il des choses que vous avez prises comme inspiration pour ce que vous vouliez raconter à votre publique ?

Comme il s’agissait d’un ending pour l’anime – Natsume Yuujinchou Go, j’ai pris en considération la trame narrative et le paysage de l’anime, d’où l’ambiance nostalgique de la chanson. Au lieu d’être dans un quartier animé et agité, c’est une chanson plus proche de la nature. J’espère qu’à travers cette chanson, vous pouvez sentir un paysage ou que vous êtes dans l’anime lui-même.

https://pbs.twimg.com/media/Cx_GtNaUQAAH2H8.jpg
Pochette pour Sasu/everlasting snow (Source)

Vous avez déjà fait des reprises de chansons anglaises, ainsi que créé et chanté vos propres chansons originales. Quels sont, à votre avis, les défis des reprises par rapport aux chansons originales ?

Une des difficultés que j’avais était de m’assurer que personne n’allait trop se rattacher à la chanson original – comme chacune des chansons est distincte et a ses propres paroles et musiques, elles seraient facilement reconnaissables pour les fans qui l’entendent.

Alors, quand j’ai sorti mon album de reprises, j’ai mis une touche jazz sur beaucoup de musiques originales qui sont par elles-mêmes plus en rapport à la danse, pour faire sentir aux auditeurs que c’est une nouvelle chanson où j’avais mis ma touche, ma couleur et mon essence.

Vous avez chanté des chansons anglaises et japonaises. Prévoyez-vous de chanter dans d’autres langues ?

Pour mon live à Taiwan, j’ai pensé que je pourrais peut-être chanter en chinois pour me mettre un défi. Mais je me suis rendu compte que c’était une langue vraiment difficile ! Alors, j’ai pensé que je pourrais peut-être faire une reprise d’une chanson populaire chinoise à la place et que je pourrais y ajouter ma propre touche pour me mettre au défi de chanter dans une nouvelle langue.

Avez-vous des modèles dans l’industrie de la musique ou quelqu’un que vous admirez ?

C’est une question un peu difficile car il y a tellement d’artistes parmi lesquels choisir. En ce qui concerne les paroles, j’essaie de trouver et de créer des contrastes, donc, même si la chanson est heureuse, je vais essayer d’ajouter des éléments heureux et tristes. Un modèle serait Spitz – un groupe japonais – avec ses paroles uniques. Leurs chansons peuvent sembler joyeuses, mais vous pouvez trouver des essences de tristesse ou des facettes différentes dans leurs chansons.

Depuis la daydream, c’est comme si un autre épisode de ma vie s’était terminé, et je commence un nouvel épisode ou chapitre de ma vie, et c’est quelque chose que j’ai incorporé dans la chanson aussi.

Aimeriez-vous un jour interpréter une chanson pour un film d’animation ?

Un film, hein, un film. Gundam Unicorn était un OAV, non ? Le prochain film de Koutetsujou no Kabaneri ne compte-t-il pas comme un film ? Techniquement, oui, n’est-ce pas ? Je suis une grande fan de Hayao Miyazaki et des films du Studio Ghibli, donc j’espère pouvoir chanter pour une de leurs œuvres dans le futur.

S’il y a une chanson que je peux exprimer au monde à ma façon, j’espère que je pourrai un jour permettre à tout le monde d’écouter ma voix dans les cinémas.

Vous venez de terminer votre premier concert solo outre-mer à Taïwan et votre tournée nationale à guichets fermés. Avez-vous l’intention d’avoir plus de concerts solo à l’étranger et d’aller dans des salles plus grandes, comme des stades, au Japon ?

L’année prochaine, je jouerai à Hong Kong et à Singapour, donc j’espère qu’en 2017, il y aura plus d’occasions pour moi de faire plus de tournées et de live à l’étranger et à domicile.

Vous avez déjà joué à Taipei et à Singapour. Qu’est-ce que vous ressentez lors des concerts à l’étranger ?

Quand je me suis rendu à Taiwan pour mon premier concert solo, j’ai remarqué que le public venu pour le concert possédait une énergie forte et passionnée. J’espère qu’à travers toutes mes performances, je pourrai donner autant d’énergie que les fans m’ont donnée.

Vous avez des projets pour 2017 ? Des indices, peut-être comme l’année dernière ?

Cette année, j’étais plus « dans la lumière », je jouais et je chantais plus. En 2017, je partirai à l’étranger pour des concerts et je ferai une tournée acoustique à travers le Japon. Avant 2016, beaucoup de mes fans me disaient que j’étais plus dans l’obscurité et à leurs côtés. Cependant, en 2016, ils ont remarqué que j’étais plus sous les feux de la rampe et cela les a inspirés et encouragés à être dans la lumière aussi. Ça m’a vraiment touché. J’espère qu’en 2017, je pourrai peut-être me lancer plus de défis pour qu’ensemble avec mes fans, nous puissions travailler ensemble et devenir plus forts ensembles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s