Dans un recoin de ce monde, doux chef-d’œuvre

Cette année à était une première pour le festival international du film d’animation d’Annecy qui a récompensé deux films d’animation japonais, Lou et l’île aux sirènes qui a obtenu le Crystal du long métrage, ainsi que Dans un recoin de ce monde qui a obtenu le prix du jury. C’est avec beaucoup d’attentes que je suis allé voir Dans un recoin de ce monde dont j’ai adoré le manga de Fumiyo Kouno.

Tout d’abord, il est important de savoir que ce film a était rendu possible grâce à un Kickstarter. En effet les investisseurs ne pensaient pas qu’il y avait le public pour un tel film, mais grâce à un Kickstarter dont l’objectif à était rempli en 8 jours et dont le budget final à atteint près du double de l’objectif (39 millions de yens sur 20 millions attendu) le film a finalement pu voir le jour. Et tant mieux car ce film possède de grandes qualités.

Dans-un-recoin-de-ce-monde-24

La première qualité de Dans un Recoin de ce monde (hérité du manga) outre son thème, c’est l’écriture du personnage de Suzu. Suzu est un personnage très attachant de par sa personnalité maladroite et rêveuse, mais pas seulement elle est aussi très courageuse, elle comprend la situation et malgré celle-ci elle fait tout ce qu’elle peut pour s’occuper au mieux du foyer. C’est également marrant de voir le plaisir qu’elle prend à faire les courses et toutes ses petite mimiques.

Mais ce qui est encore plus intéressant c’est la voix de Suzu qui a était doublée par Non . Bien qu’il s’agisse du 1er doublage de l’actrice elle a su avec brio saisir la personnalité du personnage et la retranscrire au travers de ses intonations qui reflète très bien le côté « enfantin » de Suzu, elle a d’ailleurs eu le prix spécial lors des 11ème Seiyuu Awards pour cette prestation (je vous invite à regarder le trailer pour vous faire une idée et à lire son interview en français).

Toutefois, ce qui m’intriguait le plus concernant ce film c’était comment ils allaient faire pour retranscrire les magnifiques doubles pages du manga qui sont très marquées par le style de Fumiyo Kouno .

Mais ils ont très bien réussi, grâce à des décors peints de manière éblouissant qui ne manqueront pas de vous en mettre plein la vue. Le visuel du film est sublime, les couleurs douces retranscrivent parfaitement l’ambiance calme et tranche de vie du film. Bien que l’animation n’ai rien d’époustouflant ce n’est pas le plus important pour un animé tranche de vie comme celui-ci qui se veut plus contemplatif comme le souligne les musiques.

dans un recoin de ce monde
Décor peint tiré du film

Et pour ce qui est de la musique Sunao Katabuchi a fait appel à la compositrice et interprète Kotringo avec qui il avait déjà travaillé, puisque c’est elle qui avait fait la chanson thème de Mai Mai Miracle précédent film du réalisateur. Pour ce qui est de Kotringo, c’est une pianiste et une chanteuse très douée, elle a déjà 9 albums à son actif, elle fait partie du groupe Kirinji et du groupe toi toy toi, elle a interprété la chansons d’ouverture de Jun la voix du coeur et elle a réussi à attirer l’attention de Ryūichi Sakamoto un composeur et pianiste japonais reconnu internationalement et qui à gagner un BAFTA et un Oscar de la meilleur musique de film si bien qu’elle a pu participer au LOHAS Classical Concert de Kyoto produit par Ryūichi Sakamoto.

Et si je parle de ça c’est car le thème principal de Dans un recoin de ce monde est un réarrangement de kanashikute yarikirenai de Akiko Yano l’ex-femme de Ryūichi Sakamoto qui est elle aussi une interprète et pianiste très connu et c’est avec brio que Kotringo à composait/interprétait (et arrangeait pour le thème principal) les musiques du film avec ça superbe voix douce. Les musiques sont vraiment très jolies et viennent sublimer les scènes du film.

Il est bien sûr inévitable de parler du thème du film mais surtout de la façon dont il l’aborde. Bien que le thème soit la guerre le film ne cherche pas à nous montrer la tristesse de la guerre, le film préfère nous montrez comment les gens survivent, comment ils essayent de garder espoir et de s’entraider, comment ils arrivent encore à rigoler.

Dans-un-recoin-de-ce-monde-18Ce film est sans nul doute un chef d’œuvre, il ne connaitra certainement pas le succès des Miyazaki ou autres, mais il le mérite pourtant car il montre les nombreuses qualités de l’animation japonaise souvent critiqué par des personnes pleines de préjugés. Pour conclure allez voir Dans un Recoin de ce monde car c’est un film qui parle d’un sujet sérieux tout en essayant d’être accessible même aux enfants, qui vous berce par ses musiques envoutantes et qui est empli de poésie. Je vous recommande également le manga qui est disponible aux éditions Kana, et si vous souhaitez un autre avis l’article d’Amo sur Neant Vert .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s