Petit tour dans la bibliographie de Kei Sasuga avec Good Ending son premier manga sorti en 2010 au Japon et en 2012 en France au éditions Kana. Il s’agit d’un manga terminé en 16 tomes.

Synopsis :
Seiji Utsumi, lycéen réservé, se contentait d’observer de loin et d’aimer secrètement la belle Shô jusqu’au jour où Yuki Kurokawa, une camarade de classe de Seiji, décide de donner un coup de pouce au destin. Ce manga est une vraie « bible » pour tous les garçons qui veulent comprendre le coeur des filles !!

Bien qu’étant une romance assez classique Good Ending présente plusieurs éléments qui le rende atypique. Tout d’abord les sentiments des personnages sont très développés que ce soit la tristesse, l’incertitude ou la jalousie tous sont exprimé parfois au travers du dessin et parfois au travers d’un sous-entendu, ce qui donne un côté assez réaliste aux relations entre les personnages et qui rend l’évolution de celle-ci cohérente. Pour ce qui est du dessin l’autrice utilise très bien les contrastes, toutefois le chara design des personnages très arrondi au niveau des visages n’est pas très agréable visuellement et bien que ce soit rarement le cas il arrive que certaine expression faciale soit incohérente. Quant à l’histoire, la fin de celle-ci est un peu précipitée ce qui rend le récit un peu moins réaliste mais celui-ci reste bien narré. Il faut toutefois souligner le personnage d’Izumi qui arrive à se détacher de l’archétype du dragueur et a qui l’autrice donne du relief avec un passé très intéressant et qui explique sa personnalité qui peut parfois paraitre froide et détachée.

Pour conclure Good Ending est une romance qui sort des romances ordinaires, bien qu’empruntant des éléments classiques du genre il saura attirer l’attention par ses qualités qui font la différence. Et bien que l’œuvre ne soit par parfaites, ça reste une œuvre de grande qualité d’autant plus pour selon qu’il s’agit de la 1ère œuvre publié de l’autrice.

Publicités