Double Je

Encore une fois je vais vous parler d’un manga des éditions Akata. C’est un manga que j’ai trouvé particulièrement bon, mais qui n’a pas beaucoup fait parlez de lui car éclipsé par le succès d’Orange. Il s’agit de Double Je un manga de Reiko Momochi aussi connu pour Daisy.

Éditeur : Akata
Nombre de tomes : 5
Statut : Terminée
Genre : drame, romance, collège et psychologique, mais surtout drame et psychologique.

Synopsis :
Nobara et Kotori sont des sœurs jumelles que tout oppose. La première est plutôt espiègle, la seconde une fille sage. Mais deux terribles drames vont venir bouleverser leurs vies… Surtout de l’une d’entre elles ! Comment faire face à la mort d’un être cher ? Au manque d’amour ? A l’injustice et à la culpabilité ? Faut-il renoncer à son propre bonheur pour se construire un avenir dans une société trop cruelle ? La route sera longue, torturée et tumultueuse, mais au bout du chemin demeure un espoir : celui du pardon… et surtout d’une vie meilleure.

Comme je l’ai déjà dit dans mon l’article sur Daisy, Momochi Reiko est une mangaka qui aborde des thèmes souvent jugés comme difficiles (la catastrophe de Fukushima, le système judiciaire japonais …). Et ce manga n’y échappe pas car dedans elle remet en question certains points du système judiciaire japonais.

Il est possible que le sujet vous fasse peur, je sais bien que le système juridique japonais c’est pas très sexy comme thème. Mais ne soyez pas effrayé, le sujet sert de fil conducteur à l’histoire. Bien qu’il y ai quelques points juridiques ceux ci sont généralement très bien expliqué et servent l’intrigue du manga.

Ce qui marque quand on lit ce manga c’est le sérieux des thèmes. Ce manga va poser des questions comme : Peut-on souhaitez la mort d’un assassin ? Peut-on pardonner à un assassin ? Jusqu’où peut-on aller par vengeance ? Et c’est toutes ces questions qui rendent le manga vraiment riche. En plus de ça, va venir s’ajouter un petit côté enquête très bien fait avec des explications sur des principes judiciaire Japonais comme « non bis in idem » (pas deux fois pour la même chose).

Dans Daisy Momochi Reiko avais très bien retranscrit les sentiments des personnages après Fukushima. Cependant elle s’appuyait sur des interview ainsi que sur un romans. Là dans Double Je elle nous prouve que ce n’était pas seulement lié aux interviews et au romans mais que c’est bien une de ses qualités personnel.

Pour ce qui est du dessin il n’y a rien à redire il est bon. Je dirais même que le dessin est meilleur que celui de Daisy qui est pourtant sortit après Double Je, mais peut-être que cela n’est qu’une impression lié au fait que les textes écrase moins le dessin même s’il y a toujours certaine pages qui laisse cette impression.

Pour finir Double Je nous apportes une fin qui nous laissera perplexe.

Si vous aimez les mangas psychologique, vous aimerez surement Double Je et si vous souhaitez lire un autre avis sur ce manga je vous invite à lire celui d’Anne-Cerise Luzy que vous trouverez ici

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s