Daisy

Aujourd’hui est un jour spécial, ça fait maintenant 5 ans jour pour jour qu’a eut lieu la catastrophe nucléaire de Fukushima. Et pour commémorer ça, j’ai décidé de vous parlez du manga Daisy de Momochi Reiko inspiré du romans Pierrot de Teruhiro Kobayashi, Darai Kusanagi et Tomoji Nobuta.

Fiche Technique

Autrice & Illustratrice : Reiko Momochi
Genre : Drame, Slice of life, Ecologie
Statut : Terminé au Japon (2 tomes), terminé en France (2 tomes)
Editeur Français : Akata

Synopsis de l’éditeur :
Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n’ose plus sortir de chez elle. Trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu’elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n’était, quand même une simple pluie représente la menace d’une contamination radioactive ? Heureusement, elle pourra compter sur Moé, Ayaka et Mayu, ses trois meilleures amies. Ensemble, elles comptent bien profiter de la vie, et surtout sortir toutes diplômées du lycée ! Elles décident alors de créer un groupe de musique, Daisy, pour se redonner du courage. Mais très vite, la réalité les rattrape et… Est-il possible de construire leur avenir sur cette terre polluée qu’est-devenue Fukushima ? En tant que filles, en tant que femmes, en tant que futures mères… Tandis que le reste de la jeunesse japonaise et du monde a le droit de profiter de sa vie dans l’insouciance, tandis que le monde entier a oublié le drame qui s’est abattu sur Fukushima et que ses habitants tombent dans l’oubli, quel avenir s’offre à ces adolescentes, à l’aube de leur vie d’adulte ?

Une histoire juste

L’histoire de Daisy est sans aucun conteste l’une des meilleurs qu’il m’est été donné de lire. Pourquoi ? Tout d’abord, les personnages sont très réalistes on ressent bien leur émotions que se soit leurs doutes, leurs colères, leurs peines… (c’est surement lié au fait que l’autrice soit allé recueillir les propos des gens ayant vécu la catastrophe) Ensuite, si l’ambiance du manga peut parfois semblait « naïves » (au début), il faut essayer de ce mettre à la place des personnages. Ils ont vécu un événements qui va les marqués toutes leurs vie, et il est donc normal qu’ils essayent de reprendre une vie normale.

Une des craintes que l’on pourrait avoir sur ce manga c’est que l’autrice accentue la tristesse pour nous faire pitié. Toutefois j’ai trouvé qu’elle était plutôt bien dosé et que l’utilisation des personnages et de leurs futurs pour contrebalancé en montrant l’espoir, était faites de manière intelligente. L’autrice nous montre ainsi comment la catastrophe a influencé leurs futur.

Un thème « choc »

Comme vous pouviez vous en doutez, il est impossible de parlez de ce manga sans aborder le thème. Il est bien évident qu’il n’est pas facile d’aborder la catastrophe de Fukushima, pourtant c’est un choix courageux de l’autrice et qui est bien traité. Elle va parler de la peur de la radioactivités, de la douleur de quitté ça ville natal, de la réaction du gouvernement et de la différence de réaction des japonais… Ce thème est donc abordé sous différent angles, ce qui permet d’avoir une vision globale de la catastrophe et de ses conséquences, même si certains points mériterait d’être davantage développés.

Le dessin devient secondaire

Concrètement les dessins sont bons, mais ils passe en arrière plan. Comment ça ce fais ? L’histoire prend le pas sur le dessin, on est tellement pris dans l’histoire que l’on délaisse l’aspect visuel. Mais pas seulement, l’histoire est dense et du coup pour la raconter il faut beaucoup de texte, du coup on a des pages avec beaucoup de texte ce qui « écrase » le poids du dessin de ce fait on le voit moins et il devient secondaire.

Conclusion

Je ne vais pas faire une conclusion très longue, en vous énumérant de nombreuses raisons de le lire, je vais juste finir par vous dire que ce manga à réussi a me donnée envie d’allée à Fukushima.

 

Publicités

Une réflexion sur “Daisy

  1. […] Encore une fois je vais vous parler d’un manga des éditions Akata. C’est un manga que j’ai trouvé particulièrement bon, mais qui n’a pas beaucoup fait parlez de lui car éclipsé par le succès d’Orange. Il s’agit de Double Je un manga de Reiko Momochi aussi connu pour Daisy. […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s